http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Muybridge_horse_gallop_animated_2.gif

      En route pour

 

 Aventures équestres  

Guide de safari en Afrique du Sud

 Les vallées du Zambèze et de la Luangwa

Dans l'Afrique resplendissante   Journal de Tanzanie

Sur les pistes du Zimbabwe   Voyage au Cap-Occidental 

Rêveries contemplatives en Afrique de l'Est

Les derniers édens d'Afrique australe

 Un printemps en Namibie

 

 

 

 

 Chapitre VII

Chapitre précédent : Dans l'Afrique resplendissante

 

Notre grand safari de 6 mois en Afrique australe nous avait permis de nouer des contacts professionnels. Le temps était venu de nous mesurer au destin dont nous rêvions : tenter notre chance dans les grands espaces où l'aventure existe encore.

Notre préférence se portait depuis longtemps vers la Namibie, autant pour sa qualité de vie que pour la beauté de ses paysages. A notre grand étonnement, nous avons réussi notre expatriation dans ce pays avec une incroyable facilité. 

 

 

P1010559

La saison des pluies change la région de Windhoek en un pays fleuri et verdoyant.

P1010564

 Voyage de formation organisé par ma compagnie de safari dans la vallée de l'Hoanib.

DSC_0025

DSC_0033

DSC_0081

DSC_0058

DSC_0093

Eléphant du désert.

DSC_0145

Eléphant du désert, rivière Hoanib, Namibie

Partie de pétanque dans le Kunene !

DSC_0161

Potée auvergnate.

DSC_0168

Welwitschia mirabilis femelle (grands cônes).

DSC_0183

Palmwag concession.

DSC_0195

Région de Twyfelfontein.

DSC_0231

DSC_0227

Week-end à Family Hide Out, dans la magnifique réserve Namib Rand.

DSC_0246

DSC_0250

DSC_0239

DSC_0255

DSC_0317

DSC_0313

DSC_0304

DSC_0327

DSC_0318

DSC_0296

DSC_0263

Camille essaye notre nouveau véhicule sur les pistes sablonneuses.

DSC_0355

DSC_0360

DSC_0365

DSC_0371

De retour à Windhoek après ce beau week-end au Namib Rand, nous découvrons une chienne qui erre le long de la piste. La pauvre créature est vraiment au bout du rouleau : son corps décharné lui donne une démarche hésitanteson museau est complètement brûlé par le soleil et ses dents ont été limées à force de ne ronger que des os ; elle est couverte de tiques qui doivent lui donner de la fièvre, et le pelage de son buste est complètement râpé par les démangeaisons. 

Polka

Réfugiée sous la camionnette de nos amis pour prendre un peu l'ombre, la chienne se laisse difficilement amadouer. Dans son oeil intelligent brille une lueur d'espoir qui me séduit immédiatement. Malgré son épuisement, l'instinct de survie ne l'a pas complètement abandonné. Quelques morceaux de biltong suffiront à la faire monter dans le véhicule de nos amis.

Deux jours plus tard, nous allons chercher à la SPA de Windhoek celle que nous avons prénommé Polka. Sans doute est-elle la chienne la plus piteuse à des lieux à la ronde : comment un si petit être peut-il avoir enduré autant de souffrances ? Nous avons beau imaginer tous sortes d'hypothèses, il nous paraît invraisemblable qu'elle ait pu survivre plusieurs semaines dans les immensités arides de Maltahoe, aux portes du redoutable désert du Namib.

Polka à la SPA de Windhoek.

polka (7)

Quand nous l'avons adopté, Polka ne pesait que 3,5 kg. A présent, elle affiche 9 kg sur la balance. Elle est devenue une attraction en ville car le West Highland Terrier est rarissime en Namibie. 

polka (2)

Notre maison à Eros, un quartier tranquille de Windhoek.

Polka (10)

DSC_0149

DSC_0027

DSC_0007

Little Kulala Lodge.

DSC_0085

DSC_0099

DSC_0091

Toutes les chambres sont des suites avec vue splendide sur le désert.

DSC_0008

DSC_0020

DSC_0084

DSC_0109

DSC_0077

Les nids de républicains sociaux peuvent parfois peser plus d'une tonne.

DSC_0035

Parc du Namib-Naukluft.

DSC_1070

DSC_1066

DSC_0436

DSC_7231

DSC_0424

Grands ducs africains.

DSC_0455

DSC0725

Survol de Dead vlei, avec au premier plan la dune Big Daddy (325 m).

DSC_0540

Dead Vlei vu depuis la dune de Big Daddy.

DSC0277

Dead vlei.

DSC0305

DSC026

Namib Sky Balloon Safaris.

DSC0319

DSC0331

DSC0440

DSC0363

DSC0455

DSC0431

DSC0422

DSC0465

Cercles de fée (Fairy circles).

DSC0414

DSC0411

DSC0474

DSC0502

DSC0506

Desert Camp, près de l'entrée de Sossusvlei.

DSC_1052

DSC_1043

DSC_1049

DSC_0134

DSC0286

DSC_0145 (2)

Sossusvlei Lodge.

DSC_0546

DSC_0525

DSC_0513

DSC_0533

Canyon de Sesriem.

DSC_7245

Ascension de Big Mamma, la dune qui surplombe le pan de Sossusvlei à 300 m de hauteur.

DSC0408

DSC0382

Le Mirage.

DSC0334

DSC0325

DSC0300

DSC0344

Troupeau de girafes dans le désert du Namib, aux environs de Ganab (est de Walvis Bay).

DSC0007

DSC0013

DSC6074

Vogelfederberg, près de Swakopmund.

DSC6021 

Moon Landscape.

DSC6055

DSC6043

Tournage de Mad Max IV dans le désert du Namib, près de Henties Bay.

DSC_0571

Océan atlantique.

DSC_0575

Epave près de Swakopmund.

DSC0398

Otarie à fourrure à Walvis Bay.

DSC_7107

 Colonies d'otaries à fourrure.

DSC_0705

DSC_7153

 Grand dauphin (tursiops).

Dauphin, Walwis Bay, Namibie (2)

Dauphin, Walwis Bay, Namibie

Pélican blanc.

Pélican blanc, Walwis Bay, Namibie

DSC_0638

Baleine à bosse.

Baleine à bosse, Walwis Bay, Namibie

DSC_0683

2111289

Otarie à fourrure, Walwis Bay, Namibie

DSC0008

DSC6025

DSC0022

Swakopmund Hotel.

DSC_3740

 Beach Lodge.

DSC_7056

DSC_7060

Epupa Falls.

DSC_0712

Omarunga Lodge.

DSC_0486

DSC_0674

DSC_0718

Femme himba.

DSC_0549

DSC_0578

DSC_0580

DSC_0611

 Opuwo Country Lodge.

DSC_0411

Frans Indongo Lodge.

_DSC000

Mushara Lodge (Von Lindequist Gate).

DSC_00082

DSC_00081

Mushara Bush Camp.

DSC_0072

Mokuti Lodge.

_DSC0039

_DSC0034

_DSC0052

Onguma tented camp.

DSC3466

DSC3483

DSC3475

The Fort (Onguma).

DSC3491

DSC3499

DSC3494

DSC3511

Fort de Namutoni, dans le parc national d'Etosha. 

Namibie (192)

Francis Galton et Karl Johan Andersson sont les premiers Européens à découvrir le pan d'Etosha en 1851. Le point d'eau de Namutoni où ils installent leur camp est alors fréquenté par des Ovambos qui font paître leurs troupeaux de bétail dans les environs et troquent du minerai de cuivre avec les Hai//om du lac Otjikoto. Ces peuples indigènes vivent dans une certaine harmonie avec leur nature, ne chassant que le gibier dont ils ont besoin pour se nourrir. Or, dans les décennies qui suivent, l'équilibre est bientôt bouleversé par l'arrivée d'aventuriers blancs qui exploitent la faune à des fins marchandes : les éléphants sont abattus pour leur ivoire, les rhinocéros pour leur corne, les autruches pour leurs plumes, les félins, les zèbres, les girafes et les antilopes pour leur peau.

Ce n'est qu'en 1892, à l'époque de la colonisation allemande, que sont instaurées les premières restrictions sur la chasse de la faune locale. Une seconde étape est franchie en 1907 lorsqu'une vaste zone s'étendant du fort de Namutoni à l'océan atlantique est mise sous protection par l'Ordonnance 88. Cette «Réserve de Gibier N°2» (Wildschutzgebiet Nr.2) couvre alors une superficie gigantesque d'environ 80 000 km². Victimes de la chasse intensive à la fin du 19ème siècle, les éléphants, les lions et les deux espèces africaines de rhinocéros ont déjà disparus de la région du pan d'Etosha. Les lions ne feront leur réapparition qu'en 1912 (Namutoni), les éléphants en 1946 (Gobaub, Ombika), et les rhinocéros noirs en 1958 (Namutoni).

L'administration allemande établit en 1896 des avant-postes militaires à Okaukuejo et Namutoni pour prévenir les conflits entre les indigènes et les colons blancs. L'année suivante, ces camps remplissent également la fonction de poste de contrôle pour la barrière sanitaire qui est mise en place après l'apparition d'une épidémie de peste bovine. Namutoni, dont les fortifications sont achevées en 1903, est attaqué l'année suivante par les guerriers du roi Nehale. La garnison allemande, constituée seulement de 4 soldats réguliers et de 3 fermiers réservistes, repousse l'assaut d'environ 500 Ovambos, dont plus de la moitié sont équipés de fusils Martini-Henry. A cours de munition, les assiégés réussissent à s'enfuir à la nuit tombée. Le lendemain matin, les Ovambos découvrent le bastion déserté, le pillent et le détruisent par le feu. Un nouveau fort, beaucoup plus grand que l'ancien, est rebâti au même endroit en 1905. Passé sous administration sud-africaine en 1915 après la capitulation allemande, ce fort est progressivement laissé à l'abandon. Sauvé de la démolition, il est finalement déclaré Monument National et reconstruit en 1956 en respectant les plans de 1905, miraculeusement retrouvés aux Archives de Windhoek.

En 1947, la Réserve N°2 est amputée de toute la région du Kaokoveld, ce qui lui fait perdre plus des deux-tiers de sa superficie. La réserve est ensuite renommée Etosha Game Park en 1958 avant d'être instaurée en parc national en 1967. Les limites actuelles du sanctuaire animalier datent de 1970 (22 270 km²) et ont été décidées par le gouvernement sud-africain pour permettre la création de bantoustans en Afrique du Sud-Ouest (future Namibie).

Le premier tour organisé dans la Réserve N°2 a lieu en 1946, à l'initiative de South African Railways : 137 personnes y voyagent dans des camions ouverts durant le week-end de Pâques. Le poste de police d'Okaukuejo est transformé en camp touristique en 1955. Le fort de Namutoni, complètement reconstruit, est ouvert aux vacanciers deux ans plus tard. Les visiteurs de la réserve doivent encore s'accommoder de conditions précaires pour leur hébergement. A Namutoni, ils campent dans des enceintes à ciel ouvert (bomas). A Okaukuejo, ils dressent leur tente près du point d'eau et doivent se réfugier dans leur voiture à l'arrivée des lions. Deux fois par semaine, les rangers organisent des séances de nourrissage à Leeubron où des carcasses de zèbres sont apportées aux fauves, lesquels peuvent ainsi être facilement photographiés par les touristes. Ces «lions parties» se terminent par une soirée au camp d'Okaukuejo où un groupe de Hai//om exécutent des danses traditionnelles. Ces deux activités seront supprimés en 1963 après une dizaine d'années d'existence.

Les San Hai//om, des habitants ancestraux d'Etosha, sont tolérés dans la réserve jusque dans les années 1950, époque à partir de laquelle leur présence n'est plus souhaitée par l'administration sud-africaine qui leur reproche de déranger les animaux aux points d'eau et de faire l'aumône aux touristes en échange de séances de photos ou de démonstrations de tir à l'arc. En 1954, environ 500 Hai//om sont expulsés de la Réserve N°2. Seuls sont autorisés à rester les employés en possession d'un permis (pisteurs, ouvriers, mécaniciens, femmes de ménage, etc). Dans les faits, un certain nombre de Hai//om continueront à fréquenter illégalement Etosha pendant plusieurs décennies, que ce soit pour chasser, se recueillir sur des tombes familiales ou rendre visite à des proches travaillant dans le parc.

En 1950, quatre Ovambos travaillant dans des fermes au sud de la Réserve N°2 décident de déserter leur emploi pour retourner chez eux. Ils entreprennent leur voyage de plusieurs jours de marche en contournant le pan d'Etosha par l'ouest. Mais alors qu'ils s'abreuvent au point d'eau d'Okondeka, ils sont soudain attaqués par une meute de lions. L'un des hommes est tué et se fait dévorer sous les yeux de ses trois compagnons ayant trouvé refuge dans le seul acacia des environs, à l'endroit même où de nos jours est aménagé l'aire de stationnement d'Okondeka. Une lionne tue bientôt deux autres hommes en les délogeant de leur perchoir. Le dernier survivant se met à l'abri dans le sommet épineux de l'acacia où il reste étendu trois jours et trois nuits, tandis que la meute de lions maintient le siège au pied de l'arbre après avoir dévoré ses deux nouvelles victimes. Lorsque le malheureux est finalement sauvé par une patrouille de police d'Okaukuejo, sa terrible épreuve lui a fait perdre la raison. Un autre cas de lions mangeurs d'homme survient en 1993 dans l'enceinte même du camp d'Okaukuejo : à la nuit tombée, un touriste qui s'est endormi sur un banc face au point d'eau éclairé est tué et dévoré par une vielle lionne et un lion qui ont réussi à passer à travers la clôture. Les deux fauves seront abattus.

En 1954, 26 éléphants seulement sont recensés à Etosha, mais en 1967 ils sont déjà estimés à 500. En l'absence de clôtures, ces éléphants se déplacent à leur gré, occasionnant des dégâts importants sur la végétation de certaines fermes situées dans les districts d'Outjo et de Kamanjab. Afin d'attirer ces éléphants dans le périmètre du parc, le gardien en chef Bernabé de la Bat fait construire en 1961 une série de points d'eau artificiels le long de la 19ème latitude, dans la zone à l'ouest du pan. La même année commence l'édification d'une clôture de 850 km autour du parc qui sera achevée en 1973. Haute de 2,60 m et pourvue d'un corridor de 15 m de large, cette protection a pour but d'éviter les conflits entre les êtres humains et les animaux sauvage. Elle s'avère peu efficace contre les lions qui la franchissent par dizaines chaque année. En revanche, cette clôture a joué un rôle essentiel dans la préservation des impalas à face noire et des rhinocéros noirs namibiens qui étaient menacés d'extinction. A la fin des années 1960, des spécimens de ces deux sous-espèces ont été capturées dans le Kaokoveld et le Damaraland pour être relâchées dans l'environnement protégé d'Etosha.

Eléphant de savane, parc d'Etosha, Namibie

Lion, parc d'Etosha, Namibie (3)

Rhinocéros noir.

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (3)

Rhinocéros noir et girafe de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie

Léopard.

Léopard, Namibie

Chacal à chabraque.

Chacal à chabraque en chasse, parc d'Etosha, Namibie b

Dik-dik de Kirk.

Dik-dik de Kirk, parc d'Etosha, Namibie

Hyènes tachetées.

Hyènes tachetées, parc d'Etosha, Namibie

Hyène tachetée, parc d'Etosha, Namibie (2)

Rhinocéros blanc.

Rhinocéros blanc, parc d'Etosha, Namibie

Rhinocéros blanc, parc d'Etosha, Namibie (2)

Girafe de l'Angola.

Girafe de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie (5)

Lionne, parc d'Etosha, Namibie

Lionne en chasse, parc d'Etosha, Namibie

Lionne chassant un gnou, parc d'Etosha, Namibie (1)

Outarde de Kori.

Outarde de Kori, parc d'Etosha, Namibie

Eléphant de savane et girafes de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie

Girafe de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie

Rhinocéros noirs, parc d'Etosha, Namibie

Lion, parc d'Etosha, Namibie (2)

Lion, parc d'Etosha, Namibie

Lions, parc d'Etosha, Namibie

Autour chanteur pâle.

Autour chanteur pâle, parc d'Etosha, Namibie

Elands du Cap.

Elands, parc d'Etosha, Namibie

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (7)

Gemsbok.

Gemsbok, parc d'Etosha, Namibie

Lion, parc d'Eosha, Namibie

Girafe de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie

Chacal dans une carcasse d'éléphant.

Chacal à chabraque dans une carcasse d'éléphant, parc d'Etosha, Namibie

Marabout et vautours africains.

DSC2582

Lièvre, parc national d'Etosha, Namibie

Rhinocéros noir se préparant à charger.

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (1)

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (2)

Lionne et gnou mort, parc d'Etosha, Namibie

Serpentaire.

Serpentaire, parc d'Etosha, Namibie

Eléphants, parc d'Etosha, Namibie

Eléphants, parc d'Etosha, Namibie (3)

Guépard.

DSC0027

Guépard, Namibie (1)

Jeunes guépards, parc d'Etosha, Namibie

Guépard, Namibie (2)

_DSC0054

Springboks.

Springboks, parc d'Etosha, Namibie

Eléphants de savane, parc d'Etosha, Namibie (2)

Lion, parc d'Etosha, Namibie (2)

Girafe de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie (1)

DSC_0113

Série rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (4)

Léopard.

Léopard, parc d'Etosha, Namibie

 Zèbres de Burchell.

Zèbres de Burchell, parc d'Etosha, Namibie

Zèbres de Hartmann.

Zèbres de Hartmann, Namibie

Lionnes, parc d'Etosha, Namibie

Eléphant de savane, parc d'Etosha, Namibie (2)

Etosha (3)

Etosha (4)

Etosha (5)

Face à face.

Lion et rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie

Scène rare d'un accouplement de girafes.

Girafes de l'Angola en accouplement, parc d'Etosha, Nambie

Tortue léopard s'abreuvant dans une flaque d'eau après une ondée passagère.

Tortue léopard s'abreuvant dans une flaque d'eau, parc d'Etosha, Namibie (1)

DSC0041

DSC2641

Mangoustes rayées.

Mangoustes rayées, parc d'Etosha, Namibie

Lion, Etosha

Girafes de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie (2)

Hyène tachetée, parc d'Etosha, Namibie

Bâillements au corneil.

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (8)

Dik-dik, Etosha, Namibie

DSC0010

 Point d'eau de Nuamses, l'un des plus beaux d'Etosha.

_DSC0073

DSC0100

Jeunes lions, parc d'Etosha, Namibie

Travailleurs à bec rouge (non nicheurs).

Travailleurs à bec rouge (non nicheurs), parc d'Etosha, Namibie

Ratel.

Ratel, Etosha, Namibie (1)

Ratel, Etosha, Namibie (2)

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (4)

Grue de paradis.

Grue de paradis, parc d'Etosha, Namibie

Bubale.

Bubale, pan d'Etosha, Namibie

Lion et lionceau, parc d'Etosha, Namibie

Girafes de l'Angola, parc d'Etosha, Namibie

Hyènes tâchetées dévorant un rhinocéros.

Hyènes tachetées dévorant un rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie

Guépard, Etosha, Namibie (1)

Guépard, Etosha, Namibie (2)

Guépard, Etosha, Namibie (3)

Caméléons en accouplement.

Caméléons en accouplement, parc d'Etosha, Namibie

Chacal à chabraque, parc d'Etosha, Namibie (1)

Jeune rhinocéros noir.

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie (8) 

Touraco concolore.

Touraco concolore, parc d'Etosha, Namibie

Rhinocéros noir, parc d'Etosha, Namibie

Lion, parc d'Etosha, Namibie (4)

Lion, parc d'Etosha, Namibie

Lion, parc d'Etosha, Namibie (7)

Une erreur habituelle des visiteurs étrangers est souvent de vouloir comparer les parcs africains entre eux. Or le relief, la flore, le climat, la saison, les espèces animales, le niveau de braconnage, la fréquentation touristique, l'aménagement des points d'eau, l'entretien des pistes et la compétence du guide de safari sont autant de paramètres qui offrent des expériences très variées, des plus décevantes aux plus exaltantes. Par la magie de la lumière, des paysages ou tout simplement de la chance, une journée dans un petit conservatoire méconnu peut parfois s'avérer plus intéressante que dans un célèbre parc national. 

Etosha est surtout connu pour ses éléphants (environ 2 500), ses lions (entre 300 et 500) et ses rhinocéros noirs (plusieurs centaines). Les guépards et les léopards en revanche y sont difficiles à voir. Les buffles n'existent plus dans le parc depuis la fin des années 1950, et les lycaons depuis le début des années 1970. Des rhinocéros blancs ont été réintroduits du parc Kruger en 1995.

L'immense pan occupe presque un quart de la superficie du parc d'Etosha. Au sud, ses abords sont jalonnés d'une vingtaine de points d'eau naturels sans lesquels la faune locale ne pourrait pas survivre. Ces résurgences de la nappe phréatique sont alimentées par les monts Otavi. Lorsqu'elle rencontre la couche argileuse du pan, l'eau souterraine remonte à l'air libre. C'est pourquoi les animaux du parc se concentrent principalement dans la zone au sud du pan, entre Okaukuejo et Namutoni.

La saison sèche, de juin à novembre, est généralement considérée comme la période la plus gratifiante pour observer la faune à Etosha. En effet, les points d'eau présentent alors des scènes extraordinaires : autruches, zèbres, gnous, phacochères, girafes, koudous, gemsboks et springboks semblent rejouer l'utopie du paradis terrestre en se mélangeant pacifiquement pour s'abreuver. Cependant, Etosha s'avère tout aussi intéressant durant la saison des pluies : la végétation y est luxuriante et l'avifaune prolifique; les mammifères mettent bas, offrant l'occasion de photographier les nouveaux-nés; enfin, les visiteurs se font rares, ce qui confère au parc une ambiance paisible et sauvage.

Etosha

Etosha protège la plus importante population de rhinocéros noirs au monde. Ces animaux devenus rares ailleurs en Afrique sont donc assez faciles à observer dans le parc. Leur nombre n'est plus révélé pour ne pas encourager leur braconnage commercial qui a fortement augmenté ces dernières années. Etosha abrite également l'impala à face noire, une sous-espèce endémique au nord-ouest de la Namibie et qui a été sauvée de l'extinction dans les années 1970. La partie occidentale du parc, accessible par Okaukuejo ou par l'entrée de Galton, n'est autorisée pour le moment qu'aux tour-opérateurs namibiens ayant fait une demande de permis, ainsi qu'aux visiteurs ayant réservé une nuit à Dolomite Camp (construit en 2010). La piste entre les points d'eau d'Ozonjuitji m'Bari et Duineveld traverse des plaines monotones. En revanche, les paysages sont beaucoup plus attrayants dans la partie montagneuse entre Klippan et Galton Gate. Cette région abrite notamment des hippotragues et des zèbres de Hartmann qui ne sont pas présents dans le reste d'Etosha.

Dans les camps de Namutoni, d'Halali et d'Okaukuejo, un point d'eau est éclairé toute la nuit par des projecteurs. Des zèbres, des girafes, des antilopes, des lions, des éléphants et des rhinocéros noirs viennent régulièrement s'y abreuver. Ces endroits aménagés pour le public méritent donc une visite entre 18h et 21h. Tôt le matin, les lions fréquentent souvent Chudop, Goas, Sueda, Salvadora, Charitsaub, Gemsbokvlakte, Nebrowni, Okaukuejo et Okondeka. A toute heure de la journée, de grands troupeaux d'éléphants peuvent être aperçus à Okaukuejo, Gemsbokvlakte, Halali, Goas ou Tsumcor. En fin d'après-midi, l'attente des rhinocéros noirs est à privilégier à Ombika, Okaukuejo, Gemsbokvlakte, Halali, Goas et Klein Namutoni.

Le camping à l'intérieur d'Etosha coûte relativement cher, mais passer la nuit dans le parc permet d'arriver tôt le matin aux points d'eau pour y surprendre les prédateurs, lesquels sont surtout actifs aux heures fraîches entre le crépuscule et l'aube. Il existe trois lodges extérieurs au parc qui proposent le camping (Onguma Game Reserve, Etosha Safari Campsite, Eldorado B&B and Camping).

Os d'éléphant.

DSC_0163

Pan d'Etosha.

DSC_0153

Dolomite Camp, dans la partie ouest d'Etosha.

DSC_0353

DSC0185

DSC_0361

DSC0340

DSC0364

_DSC0175

Eléphants, parc d'Etosha, Namibie

DSC0351

IMGP0484

Si l'on aime le safari et les grands espaces, le métier de guide en Namibie est bien sûr passionnant. Néanmoins, il peut être fatiguant sur le long terme. En tour, un guide se tient à la disposition de ses clients 24h/24. Il travaille en moyenne 15 heures par jour, dont 5 et 8 heures passées à conduire. Les pistes namibiennes sont bien entretenues mais exigent en permanence une certaine vigilance, et seule l'expérience permet d'y rouler à vive allure sans prendre de risque. Un guide n'est pas seulement chauffeur, conférencier, traducteur et organisateur, il est aussi à l'occasion mécanicien, infirmier, comptable, cuisinier et psychologue.

Certains clients sont adorables, et voyager avec eux est un vrai plaisir. Ces touristes éclairés font une démarche personnelle en venant en Namibie et s'intéressent réellement au pays qu'ils visitent. Ils écoutent vos explications avec attention, posent des questions pertinentes, prennent des notes sur leurs carnets, lancent des sujets de conversation intéressants au dîner. A la fin du séjour, ils vous gratifient d'éloges sur leur fiche d'appréciation et vous laissent de généreux pourboires en vous remerciant chaleureusement. Quelques uns de ces clients en or vous écrivent même régulièrement pour prendre de vos nouvelles. Autant dire que guider des personnes aussi sympathiques n'est pas vraiment un travail.

Bien entendu, d'autres clients affichent les plus lamentables défauts de la nature humaine : égoïsme, vanité, hypocrisie, cupidité, ingratitude. Tous les guides ont quantités d'histoires à raconter sur la crétinerie de certains touristes. Fort heureusement, l'ignorance, la prétention et la sottise peuvent être comiques, et les histoires de clients imbéciles sont un sujet de conversation hilarant quand un guide rencontre un autre guide. Je me rappellerai longtemps encore de ce jeune couple en lune de miel qui m'avait confessé être passionné par l'Afrique, sans jamais y avoir mis les pieds auparavant ! Notre tour n'avait pas tardé à révéler toute l'imposture de leurs grandes déclarations : au final, la chaleur était trop accablante, les pistes trop poussiéreuses, les paysages trop monotones... Lorsque nous avions évoqué le traitement à la doxycycline qu'ils suivaient en prévention du paludisme, je leur avais fais part de mon étonnement : - Ah bon, je ne savais pas que cet antibiotique pouvait être utilisé comme prophylaxie contre la malaria. Réponse sans appel de la mariée, avec un timbre de voix quelque peu condescendant : - Mais non, la doxycycline c'est ne pas contre la malaria, c'est contre le paludisme !

Intu Africa Zebra Lodge, dans le Kalahari.

DSC_0819

DSC0821

DSC_0302

DSC_0307

DSC_0234

Girafe de l'Angola, désert du Kalahari, Namibie

Girafe de l'Angola, réserve d'Intu Africa, Namibie (1)

Lion du Kalahari.

Lion, Kalahari, Namibie

Lion et lionne en accouplement, désert du Kalahari, Namibie

DSC0369

Oeufs d'autriche.

DSC_0249

DSC_0181

DSC_0318

Suricate tented camp.

DSC_0022

DSC_0028

Hardap Game Reserve.

DSC_0273

DSC_0262

DSC_0268

Zèbres de Hartmann.

Zèbres de Hartmann, parc de Hardap Dam, Namibie

Vue depuis le plateau de Waterberg.

Waterberg

Porte d'entrée de la réserve privée d'Okonjima.

okonjima (3)

Polka relit le mémoire que rédige Camille pour son Master 1 de FLE.

Polka (31)

P1020245

Un suricate dans la rue, à 100 m de chez nous.

DSC_0001

DSC_0002

Gymkhana Club de Windhoek.

DSC0257

DSC0280

DSC0302

DSC0315

DSC0343

DSC0330

 Avis Dam, à Windhoek.

Avis dam 4

Avis dam

P1050789

Avis dam 3

Vente aux enchères d'animaux sauvages à Okosongoro ranch, près d'Omaroru.

DSC_0169

Game auction

En déambulant dans l'allée des bomas, je demande à une dame : "Savez-vous dans quel enclos sont enfermés les rhinocéros blancs ?" Elle prend alors une mine désolée et me répond le plus simplement du monde : "Je ne sais pas du tout, moi j'accompagne juste mon mari qui veut acheter une girafe !" On a pas tous les jours l'occasion d'avoir ce genre de dialogue un peu surréaliste...

Durant les enchères, certains lots d'animaux sont adjugés à des prix étonnamment peu élevés, telles ces quelques autruches vendues environ 900 euros, ou cette vingtaine d'impalas cédés à 600 euros. En revanche, inutile d'espérer acquérir un rhinocéros blanc pour moins de 40 000 euros.

DSC_0028

Springboks.

DSC_0142

Zèbres de Hartmann.

DSC_0004

Antilope rouanne.

DSC_0039

Autruches.

DSC_0012

Gnou à queue blanche.

DSC_0114

Girafes de l'Angola.

DSC_0115

Blesboks.

DSC_0062

Grand koudou.

DSC_0086

Grootberg lodge.

DSC_6985

DSC_7009

DSC_7004

DSC_0439

DSC_0440

DSC_0450

DSC_0117

Paysage du Damaraland.

DSC0425

Doro Nawas Lodge.

DSC_7033

Excursion dans le lit asséché de la rivière Aba Huab.

DSC_0178

DSC_0190

 En fin d'après-midi, une colonne d'éléphants s'achemine silencieusement vers le point d'eau de Deriet.

Eléphants du désert, Aba Huab, Namibie (2)

Les éléphants qui hantent les rivières asséchées du nord-ouest de la Namibie peuvent survivre jusqu'à 5 jours sans boire.

Eléphants du désert, Aba Huab, Namibie

Au 19ème siècle, le nombre d'éléphants dans le Kunene oscillait sans doute entre 2500 et 3500 individus. La chasse avait fait chuté cet effectif à moins de 800 dans les années 1960, à environ 300 en 1970, puis à 70 en 1983. Grâce aux mesures de protection mises en place depuis l'indépendance du pays, les éléphants du Kunene seraient actuellement entre 520 et 750 spécimens (120-150 dans les lits de rivières du nord du Namib + 400-600 dans les conservatoires communautaires plus à l'est). Les seuls autres éléphants adaptés au désert vivent au Mali, où ils ne seraient pas plus de 400.

DS00210

Les éléphants peuvent parfois se dresser sur leurs postérieurs pour essayer d'atteindre les cosses des acacias erioloba.

Eléphant du désert, Aba Huab, Namibie

Eléphant du désert, Aba Huab, Namibie (2)

Les paysages lunaires aux alentours de Twyfelfontein témoignent combien la région est hostile hors de l'oasis de verdure présente toute l'année dans la rivière Aba Huab.

DSC_0197

DSC_0214

Fort Sesfontein Lodge.

DSC_0745

DSC_0741

DSC_0729

DSC_0889

 Vallée de l'Hoanib.

DSC0146

Eléphant du désert, rivière Hoanib, Namibie (2)

DSC_0832

DSC0151

Cadavre de springbok dévoré par un guépard quelques heures plus tôt.

Springbok, vallée de l'Hoanib, Namibie

DSC0180

Empreinte de lion.

DSC_0814

DSC0088

Girafe de l'Angola, rivière Hoanib, Namibie

DSC0245

Camp Kipwe, près de Twyfelfontein.

DSC0222

Salle de bain dans les rochers.

DSC_0138

 Erongo Wilderness Lodge.

DSC_0147

DSC_0154

Suricates à Camp Xaragu.

DSC_0966

DSC_0999

DSC_0941

DSC_0935

Rostock Ritz, près du Canyon de Kuiseb.

DSC_7191

DSC_7199

Paysage lunaire près de Swakopmund.

DSC_0227

Colonie d'otaries à Cape Cross.

DSC_0261

 Excursion à Sandwich Harbour.

IMGP0644

DSC_0390

IMGP0696

DSC_0483

DSC_0311

DSC_0398

DSC_0391

DSC_0501

DSC_0478

Anniversaire de Camille dans les jardins du Parlement à Windhoek.

P1020489

Anniversaire de Camille à Okambara Lodge.

P1020408

Caracal.

Caracal, réserve d'Okambara, Namibie (2)

Caracal, réserve d'Okambara, Namibie (4)

Caracal, Namibie (7)

Namibie (2)

Caracal, réserve d'Okambara, Namibie (6)

Namibie (3)

Porcs-épics du Cap.

DSC_0269

Porc-épic, réserve d'Okambara, Namibie (2)

Porc-épic, réserve d'Okambara, Namibie (5)

Porc-épic, réserve d'Okambara, Namibie (6)

Léopard.

Léopard, réserve d'Okambara, Namibie (1)

Léopard, réserve d'Okambara, Namibie (2)

Rhinocéros blancs.

Rhinocéros, réserve d'Okambara, Namibie (1)

Rhinocéros, réserve d'Okambara, Namibie (2)

Guépard.

Guépard, réserve d'Okambara, Namibie (6)

Guépard, réserve d'Okambara, Namibie (5)

P1020405

Avarie en tour : alors que je roulais tranquillement à 80km/h, je me suis soudain fais doubler par les deux roues de ma remorque, dont l'une bondissait vers le sommet de la colline...

DSC_0207

Bloqué au milieu de l'Aba Huab en crue.

Namibie (1) b

Namibie (2) b

Un koudou dans le pare-brise.

DSC_0564

De retour à Windhoek à la fin d'un tour, un koudou mâle surgit d'un bosquet et plonge sur mon véhicule. Il roule par-dessus le toit et retombe par-terre. Malgré la violence du choc, il se relève et s'enfuit dans les montagnes en clodiquant. Le pare-brise et le toit sont détruits. Heureusement, aucun passager n'est blessé. Bien que couvert de minuscules éclats de verre, je n'ai pas une seule égratignure. Je n'ai même pas eu le temps d'avoir peur, car tout s'est passé en 3 secondes. Je ne roulais qu'à 70km/h, et j'ai freiné progressivement tout en restant droit, ce qui nous a sans doute sauvé de conséquences plus graves.

DSC_0566

Ces deux japonais qui roulaient trop vite dans un virage en montée ont fini en tonneau, quelques minutes avant que je leur porte secours.

IMGP0545

Asco Car Hire.

P1020228

La Namibie est un pays à haut risque pour les vacanciers en self-drive qui n'ont pas l'habitude de la conduite sur piste. Dans un but pédagogique, la compagnie de location  Asco Car Hire expose ce 4X4 Nissan dans ses locaux. Les touristes qui l'avaient loué roulaient à 124 km/h sur une piste limitée à 80 km/h. Leur boîte noire a trahit leur négligence et ils ont été obligés de payer à l'agence le prix total du véhicule : de quoi ne plus partir en vacances pendant un bout de temps.

 Arbre à carquois (kokerboom).

DSC_0747

DSC_0816

 Fish River Lodge.

DSC_0754

Ma suite face au canyon de Fish River.

DSC_0767

DSC_0786

DSC_0760

DSC_0791

DSC_0137

Palmwag Lodge.

_DSC0155

_DSC0151

_DSC0169

_DSC0191

DSC0197

_DSC0205

Moon Landscape, près de Swakopmund.

DSC0201

DSC0207

DSC0209

 Diaz Point, au sud de Lüderitz.

DSC_0146

DSC_0144

DSC_0172

 Kokerboom Forest (Keetmanshoop).

_DSC0100

Volcan de Brukkaros, dont la formation remonte à 80 millions d'années.

_DSC0072

 _DSC0063

Sur les rives de la rivière Orange, frontière naturelle entre la Namibie et l'Afrique du Sud.

_DSC2466

_DSC2487

N/a'an ku sê lodge, près de Windhoek.

DSC0100

Namibie (19)

DSC0006

Namibie (6)

A l'arrêt, un guépard est capable d'atteindre 90 km/h en 3 secondes.

DSC0036